Alain Duménil, un millionnaire à la fortune diversifiée

Alain Duménil, un millionnaire à la fortune diversifiée

10 septembre 2020 0 Par Aline

Ce n’est qu’en janvier que les campeurs du Château d’Alincourt ont fait la connaissance d’Alain Duménil, 59 ans. Discret, l’homme est un poids lourd de la finance française, avec une fortune estimée à plus de 400 millions d’euros, ce qui le place au 90e rang national selon le magazine « Challenges ». Autant dire que les 4,5 millions dépensés pour Alincourt et son domaine de 100 hectares ne l’ont pas mis en veilleuse. Ses millions, Alain Duménil a donné naissance à la banque Duménil-Leblé, qu’il a lui-même créée. Dans cet article, vous allez découvrir sur Alain Duménil.

Alain Duménil : L’entreprise comme vocation, la culture comme passion

S’il y a un aspect qui distingue fondamentalement cet homme des autres grands hommes d’affaires français, c’est son appétit pour la culture, qui occupe une place très importante dans sa vie.

C’est notamment dans ce but qu’Alain Duménil pratique le mécénat sous diverses formes. Tout d’abord, l’homme d’affaires a acquis les Éditions de L’Herne en 2003. Cette dernière, maison d’édition indépendante fondée dans les années 1960 située à Paris rue Mazarine, a conquis cet amateur de culture qui n’hésite jamais à aller à contre-courant de tendances et idées dominantes.

Toujours porté par son amour de la culture sous toutes ses formes, l’homme d’affaires est même allé jusqu’à créer un prix littéraire au cours de l’année 2007, le fameux prix Duménil, qui récompensera chaque année, au mois de juin, un livre écrit par un auteur français et publié entre janvier et avril de la même année. Le lauréat de ce prix reçoit, à cette occasion, une dotation de 60 000 euros.

Pour sa toute première édition, qui a eu lieu en 2007, le prix Duménil a été décerné à deux auteurs, à savoir Anne Wiazemsky pour son livre « Une année studieuse » et Philippe Sollers pour son livre « L’éclaircie ». Pour l’année 2011, c’est par exemple l’œuvre « Come Baby » de Patrick Besson qui a reçu le prix Duménil.

Si Alain Duménil a un amour sans bornes pour la littérature, d’autres secteurs culturels sont tout aussi intéressants que le théâtre. Ainsi, au début des années 2000, l’homme d’affaires deviendrait propriétaire du Théâtre de Paris situé rue Blanche, à Paris, qui dispose d’une salle pouvant accueillir jusqu’à 1 100 spectateurs. Cette acquisition comprend également le Petit Théâtre de Paris qui possède, pour sa part, une petite salle de 300 places. A noter que l’homme d’affaires se séparera de ce dernier en 2013 en le revendant au propriétaire de Private-Sales.com, Jacques-Antoine Granjon.

Cependant, les ambitions d’Alain Duménil peuvent rencontrer des résistances, comme en témoigne son impossibilité à racheter.

L’écrivain derrière l’homme d’affaires

Produire un portrait d’Alain Duménil ne serait pas une entreprise tout à fait complète sans s’adresser à une partie moins connue de l’individu, mais qui le distingue un peu plus de tout autre homme d’affaires : ses talents d’écrivain.

L’homme est, en fait, l’auteur de trois romans très appréciés. « La fête royale » est le tout premier de ses romans et a été publiée en 2006 (éditions Plon). C’est plutôt une fable qui érige la liberté d’expression comme l’une des libertés humaines les plus fondamentales.

Le deuxième roman d’Alain Duménil s’intitule « Parfum Empire : la vie extraordinaire de François Coty ». Il s’agit pour le moment d’une biographie publiée en 2009 et qui raconte le sort extraordinaire de François Coty qui préférerait vivre la grande aventure plutôt que se contenter du confort que la vie lui offrait.

Enfin, le dernier roman publié par l’homme d’affaires date de 2012. Il s’agit de « Rue Bassano » éditée par Fayard. Ce roman raconte une histoire d’amour sous l’Occupation à Paris et l’action de ce dernier se déroule précisément rue Bassano, à Paris, où se trouvait l’entreprise de l’homme d’affaires.